Monthly Archives: May 2008

Old Oslo illusions

30/05/08

Promises of money and jobs are not enough to hide the
brutal reality of occupation, writes Khaled Amayreh in
Bethlehem

Amid lavish settings and tight security, hundreds of
investors and entrepreneurs from around the world last week
gathered in the southern West Bank town of Bethlehem to
discuss and plan joint business ventures.

Palestinian Authority (PA) officials described the
“Palestine Investment Conference” as a “mega event” in
light of the large number of attendants, many of whom were
businesspeople from expatriate Palestinian communities in
the Gulf region.

PA President Mahmoud Abbas opened the conference on
Wednesday 21 May at the InterContinental Hotel with a brief
speech in which he appealed to investors from the Arab
world to invest in Palestine and in peace.

Abbas sought to strike a delicate balance between the
anti-business and investment environment emanating from the
entrenched Israeli occupation and the need to maintain a
semblance of economic well-being in the occupied
territories if only to enable Palestinians to withstand
systematic Israeli repression aimed at killing Palestinian
aspirations for freedom and independence.

Abbas carefully avoided any bleak assessment of “peace
talks” with Israel, ostensibly in order to maintain the
“positive atmospherics” of the conference. However, Abbas’s
artificial optimism did little to reassure sceptics worried
that investing in Palestine while still under military
occupation may not be a good idea.

Former British prime minister and Quartet envoy to the
Israeli-Palestinian peace process Tony Blair, a key
proponent of the economy-first agenda in Palestine, sought
to foster optimism, saying Palestine deserved a prosperous
economy. Some Palestinian intellectuals and journalists
accused Blair of trying to use economic inducements to
bribe the PA into giving political concessions to Israel,
especially with regard to keystone issues of the
Arab-Israeli conflict such as Jerusalem and the right of
return of Palestinian refugees.

Blair, who undertook laborious efforts to convince Israel
to ease up restrictions strangling the Palestinian economy,
has hardly succeeded in getting Israel to remove even two
or three roadblocks in the West Bank. Indeed, a recent
report by the United Nations pointed out that Israel
actually increased, not decreased, the number of barriers
and roadblocks in the West Bank, a fact likely to generate
despair among those who think that no viable economy can be
sustained in an environment of roadblocks, checkpoints,
military curfews and closed military zones.

According to organisers, as many as 1,500 local and foreign
investors and business representatives participated in the
three-day conference. Participants included a high-level
delegation from the United Arab Emirates that arrived
aboard a Jordanian army helicopter that flew them directly
from Amman, apparently in coordination with Israel. Many
other participants had to receive special access permits
from the Israeli army, a grim reminder that accessibility
to the West Bank, including its business market, is tightly
controlled by Israel.

A number of invitees, especially Palestinian expatriates,
were barred for political reasons. Some of the more
sceptical participants said they only came to visit
families and in order to be able to pray at Al-Aqsa Mosque
in Jerusalem. Others said they wanted to enjoy the holiday
setting and meet old friends.

Yet despite the omnipresent spectre of the Israeli
occupation, epitomised by army barriers and roadblocks near
the conference venue, the gathering itself was successful.
According to PA Prime Minister Salam Fayyad, the man behind
the conference, around $1.4 billion was pledged for joint
business projects, which could create up to 35,000 jobs in
the West Bank. The sum reportedly includes about $550
million from major Arab investors for the construction of a
new Palestinian town near Ramallah.

In a press conference marking the end of the conference,
Fayyad announced a joint strategy between the private
sector and the government “to strengthen coordination and
integration” for the purpose of bolstering the national
economy. “The Palestinian National Authority believes in
the leading role of the private sector and the importance
of integration with the efforts exerted by the government,”
he said, adding that he hoped that the conference would
lead to “economic recovery”, “sustainable social and
economic planning and management”, “developing services”
and “tackling Israeli impediments to strengthening the
Palestinian economy”.

Responding to critics who have argued that foreign-induced
economic investment was inherently artificial and designed
to bribe Palestinians to give political concessions to
Israel, Fayyad said there was a total separation between
peace talks with Israel and efforts to attract foreign
investment into Palestine. “This is not an economic
conflict that requires an economic solution. This is a
political conflict that requires a political solution. And
I assure you that we won’t meet any political demands
attached to efforts to revive our economy,” he said.

Recognising the fact that the Israeli occupation was the
ultimate spoiler of an investment- friendly environment,
Fayyad argued that Palestinians had no choice but to cling
to life. “We want to live, and we can’t live normally
without creating a minimum of economic normality. Every
year, 50,000 young men and women enter the labour market.
We must create jobs for those people. We want permanent
development, but realising this goal depends on the removal
of Israeli barriers and restrictions. Hence this conference
is a message to the world, a message of defiance — a
positive defiance.”

Despite the optimism, the stark contrast between the
illustrious surroundings of the conference on the one hand
and the abject poverty haunting large sectors of
Palestinian society on the other seemed to serve as a
metaphor reflecting the vast gap between the high
expectations raised and bleak political realities on the
ground.

Mohamed Shtayeh, head of the Palestinian Economic Council
For Development and Reconstruction (PICDAR), acknowledged:
“Investment in Palestine is unlike investment in any other
country.” “In the US, they say ‘Business as usual’. Here it
is ‘Business as unusual’.”

Shtayeh denied that the conference was an economic bribe
that comes at the expense of Palestinian rights, saying it
“is always better to light a candle than curse darkness.”

Adel Samarah, a leftist Palestinian economist, disagreed.
“This is not a matter of lighting candles or cursing
darkness. Talking this way is poetry, literature and
emotions, not economics. During the Oslo era they told us
that Gaza would become the Singapore of the Middle East and
the West Bank would become like Hong Kong. What actually
happened is that Gaza became a concentration camp and the
West Bank sank deeper and deeper in the quagmire of the
occupation,” he said.

Samarah lashed out at the PA, calling PA leaders and
officials “a gang of money-grabbing careerists who are
sacrificing Palestinian national interests for the sake of
their immediate financial interests.” Samarah further
accused the PA of “pimping Arab investors to normalise with
Israel while Israel is decapitating Palestine and its
people.”

“This is a disgraceful economic normalisation between the
Arab states and Israel and it is happening at the expense
of the Palestinian national cause. They are simply trying
to reproduce the Oslo- era illusions,” Samarah added.

Leave a comment

Filed under Uncategorized

When it comes to Israel , Europe is hypocritical, submissive and obsequious

By Khalid Amayreh in Ramallah
26/05/2008
In comparison to the madman in the White House, Europe may
look less bellicose, less confrontational and less
unreasonable in its overall approach to contentious
international issues.

However, when the issue is the Palestinian plight, the US
and Europe look very much like tweedledee and tweedledum.

In recent months and years, European leaders from Germany’s
Merkel, to France’s Sarkozy, to Britain’s Brown and Italy’s
Berlusconi were shamelessly pandering to Israeli savagery
to the extent of embracing relentless Israeli criminality
against the Palestinian people , including the ongoing
genocidal ethnic cleansing in the occupied Palestinian
territories, particularly in the Gaza Strip.

True, the European tone of speech often sounds less odious
especially when compared with the unmitigated
saber-rattling coming from Washington. But, in the final
analysis, the outcome in both cases is similar. In fact,
the US and Europe collaborate and even collude to effect
the same unethical goals often by playing the old game of
Mutt and Jeff (good cop and bad cop), with their persecuted
victims, whether in Palestine, Sudan or Iran.

But Europe has been playing the “good-cop role” so
miserably that many people in the Middle East ( I am
speaking of ordinary people, not the dignity-free American
puppet regimes) are wondering whether Europe, too, has been
taken over by the war-minded neocons.

To be sure, no Palestinian or Arab is demanding that
Europe, especially countries such as Germany, adopt a
hostile stand toward Israel.

However, European states, including Germany, should,
regardless of all other considerations including the heavy
legacy of the holocaust, make it abundantly clear to Israel
that blockading the Palestinians, starving them and killing
them are criminal acts that go far beyond the pale of what
is acceptable.

Some European officials do make occasional statements
criticizing Israeli atrocities and draconian actions
against helpless Palestinians. However, European reluctance
to act on these statements suggests that the EU is not
serious about adopting an honest approach to Palestinian
question.

If Europe wants to be serious and honest with regard to
Israel’s manifestly criminal behavior in the West Bank,
East Jerusalem and Gaza Strip, it should tell the thuggish
Israeli leadership that the strangulation of Gaza is as
evil as the strangulation of the Ghetto Warsaw in 1943.

It should tell Israel that starving and tormenting and
killing innocent people under the pretext of punishing
Hamas for not recognizing the manifestly criminal state is
incompatible with the international law and human decency.

It should tell Israel that strangling the Palestinian
economy in the West Bank by erecting more than 500
Nazi-like roadblocks outside every Palestinian town,
village, hamlet and refugee camp is a crime against
humanity which Europe can’t tolerate.

Europe should tell Israel that barring tens of thousands of
Palestinian intellectuals, journalists and writers from
traveling abroad is unacceptable.

Israel routinely indulges in every conceivable violation of
Palestinian dignity and human rights, and Europe is not
unaware of the situation as hundreds of European observers,
monitors, diplomats and activists based in the occupied
Territories regularly communicate to their capitals the
bleak reality of the Israeli occupation.

Hence, European inaction or reluctance to call the spade a
spade so long as Israel is concerned is not due to
ignorance of reality in Palestine, but rather to a willful
European decision to play blind, deaf and dumb and look the
other way, thus effectively leaving the Palestinians alone
to face their fate at the hands of a state that is very
much a crime against humanity.

In recent weeks, Israel said it would build thousands of
fresh Jewish-only settler units all over the West Bank,
including occupied Arab East Jerusalem. This constitutes a
brazen violation of the Quartet-sponsored “roadmap” and the
spirit of the entire “peace process” between Israel and the
Palestinian Authority.

And while the decision drew angry reactions from some
peace-minded Israeli circles, such Gush Shalom (Peace
Bloc), the capitals of Europe were totally silent.

To be honest, French Foreign Minister Bernard Koshner, who
is a Jew, criticized the colonial expansion during a
investment conference in Bethlehem in the West Bank last
week. However, the cordial embrace of Israel by French
President Sarkozy seems to have convinced the Israeli
leadership that whatever criticisms of Israeli crimes
uttered by the French foreign minister should be dismissed
outright as insincere PR ruse geared toward Arab
consumption.

On May 23, the United Nations reported that the number of
Israeli roadblocks in the West Bank increased by 7 per cent
since Last September. This is despite repeated pledges and
undertakings by the Zionist state to ease Palestinian
movement.

The UN office for the Coordination of Humanitarian Affairs
in Jerusalem reported that the overall number of roadblocks
and other barriers increased from 566 on September 4, 2007,
to 607 on April 29, 2008. Israel, the report said removed
103 obstacles, but constructed 144 new closures.

Again, there has been no word of condemnation from the
capitals of Europe, the very capitals that been boycotting
the Hamas movement for refusing to recognize the legitimacy
of the Israeli occupation of Palestine and genocidal ethnic
cleansing of its native inhabitants.

Paradoxically, this shameful silence comes amid a loud
chorus of European calls for reviving the moribund
Palestinian economy, mainly due to Israeli restrictions on
mobility and accessibility.

Tony Blair, the hopelessly dishonest former British Prime
Minister has used every conceivable occasion to promote his
“economy-first” theory with regard to the Palestinians,
mainly in the hope that economic inducements would entice
the Palestinians to compromise on such paramount cardinal
issues such as the right of return for the refugees and
East Jerusalem.

However, despite all his meetings with Israeli officials
and highly optimistic pronouncements, all he has been able
to achieve is to get the Israeli army to remove one or two
roadblocks out of more than 500.

This is the man who has been striving to convince the world
that building a prosperous Palestinian economy under a
Nazi-like Israeli occupation was a choice worth pursuing.

Needless to say, a morally-inconsistent European approach
toward the Palestinian plight doesn’t auger well, neither
for Europe nor for the world at large.

Indeed, if Europe, along with the US, continues to allow
the “forces of the jungle” to determine the rule of the
game (international politics), then all states will have to
draw their conclusions because survival is paramount for
nations as well as individuals. And if strength only
respects strength, then everyone will have to be strong or
risk extinction or at least enslavement by the powerful.

I am saying this because what America and Europe seem to be
telling the Palestinians is that as long as you are weak,
you will continue to be killed, raped, persecuted and
starved to death, otherwise you’ve got to settle for a life
of perpetual enslavement by the “chosen people.”

Some states, such as Iran, have already got and
internalized the message, and sooner or later, other states
will follow suit.

Is this the ideal world Europe would want to see?

(end)

Leave a comment

Filed under Uncategorized

Lorsqu’il s’agit d’Israël, l’Europe est hypocrite

Lorsqu’il s’agit d’Israël, l’Europe est hypocrite, soumise
et obséquieuse

par Khalid Amayreh

Comparée au malade de la Maison Blanche, l’Europe peut
sembler moins belliqueuse, moins agressive et moins
déraisonnable dans son approche globale des problèmes
internationaux controversés. Cependant, lorsqu’il s’agit du
calvaire des Palestiniens, les USA et l’Europe ressemblent
beaucoup à Dupont et Dupond.

Dans les mois et années récentes, les dirigeants européens,
Merkel en Allemagne, Sarkozy en France, Brown en
Grande-Bretagne et Berlusconi en Italie, ont honteusement
encouragé la sauvagerie israélienne jusqu’à embrasser sa
criminalité impitoyable contre le peuple palestinien,
jusqu’au nettoyage ethnique génocidaire continu dans les
territoires palestiniens, en particulier dans la Bande de
Gaza.

C’est vrai, le ton européen des discours sonne souvent
moins odieux, en particulier si on le compare au véritable
bruit de bottes qui monte de Washington. Mais en dernière
analyse, le résultat, dans les deux cas, est similaire. En
fait, les USA et l’Europe collaborent et sont même de
connivence pour faire aboutir leurs buts malhonnêtes,
souvent en jouant le vieux jeu du bon et du mauvais flic
avec leurs victimes persécutées, que ce soit en Palestine,
au Soudan ou en Iran.

Mais l’Europe a joué le rôle du bon flic de façon si
misérable que beaucoup au Moyen Orient (je parle de gens
ordinaires, pas des régimes indignes marionnettes des
américains) se demandent si l’Europe, elle aussi, n’est pas
contrôlée par des néocons à l’esprit guerrier.

Aucun Palestinien ni aucun Arabe ne demande à l’Europe, en
particulier à un pays comme l’Allemagne, d’adopter une
attitude hostile à l’égard d’Israël.

Cependant, les états européens, dont l’Allemagne,
devraient, nonobstant toute autre considération, dont le
lourd héritage de l’holocauste, dire clairement à Israël
qu’organiser le blocus des Palestiniens, les affamer et les
tuer sont des actes criminels qui vont bien au-delà de
l’acceptable.

Certains responsables européens font, de temps en temps,
des déclarations critiques sur les atrocités israéliennes
et les manoeuvres draconiennes contre les Palestiniens sans
défense. Cependant, la réticence européenne à agir selon
ces déclarations suggère que l’Union n’a pas sérieusement
l’intention d’adopter une approche honnête de la question
palestinienne.

Si l’Europe voulait être sérieuse et honnête au regard de
la conduite manifestement criminelle d’Israël en
Cisjordanie, à Jérusalem Est et dans la Bande de Gaza, elle
dirait au gouvernement israélien voyou que l’étranglement
de Gaza est aussi méprisable que l’étranglement du Ghetto
de Varsovie en 1943.

Elle dirait à Israël qu’affamer et torturer et tuer des
gens innocents, sous le prétexte de punir le Hamas pour ne
pas reconnaître l’Etat manifestement criminel, est
incompatible avec la législation internationale et la
décence humaine.

Elle dirait à Israël qu’étrangler l’économie palestinienne
en Cisjordanie en érigeant plus de 500 barrages routiers
néo-nazis à l’entrée de chaque ville, village, hameau et
camp de réfugiés palestiniens est un crime contre
l’humanité que l’Europe ne peut tolérer.

Elle dirait à Israël qu’interdire à des dizaines de
milliers d’intellectuels, journalistes et écrivains
palestiniens d’aller à l’étranger est inacceptable.

Israël se livre systématiquement à toutes les violations
imaginables de la dignité et des droits humains
palestiniens, et l’Europe est parfaitement au courant de la
situation car des centaines d’observateurs, contrôleurs,
diplomates et activistes européens basés dans les
territoires occupés communiquent régulièrement à leurs
capitales la sombre réalité de l’occupation israélienne.

En conséquence, l’inaction ou la réticence européenne à
appeler un chat un chat lorsqu’il s’agit d’Israël, n’est
pas due à l’ignorance de la réalité en Palestine, mais
plutôt à une décision européenne volontaire de la jouer
aveugle, sourde et muette et de regarder ailleurs, laissant
ainsi les Palestiniens seuls face à leur sort entre les
mains d’un Etat qui est un véritable crime contre
l’humanité.

Au cours des semaines récentes, Israël a déclaré qu’il
allait construire des milliers de nouveaux appartements
coloniaux réservés aux Juifs partout en Cisjordanie, y
compris à Jérusalem Est arabe occupée. Ce qui constitue une
violation flagrante de la “feuille de route” parrainée par
le Quartet et de l’esprit global du “processus de paix”
entre Israël et l’Autorité Palestinienne.

Et alors que la décision provoque des réactions de colère
de la part de certains cercles pacifistes israéliens comme
Gush Shalom (le Bloc de la Paix), les capitales européennes
restent totalement silencieuses.

Pour être honnête, il faut signaler que le Ministre
français des Affaires Etrangères, Bernard Kouchner, qui est
juif, a critiqué l’expansion coloniale lors de la
Conférence pour l’Investissement en Palestine, à Bethléem
la semaine dernière. Cependant, l’attitude cordiale du
Président français vis-à-vis d’Israël semble avoir
convaincu la direction israélienne que toutes les critiques
des crimes israéliens émises par le Ministre français des
Affaires Etrangères devaient être carrément prises comme
une feinte de relations publiques destinée au public arabe.

Le 23 mai, les Nations Unies rapportaient que le nombre de
barrages routiers israéliens en Cisjordanie avait augmenté
de 7% depuis septembre dernier. Ceci en dépit des promesses
et engagements répétés de l’Etat sioniste de faciliter la
mobilité des Palestiniens.

Le Bureau de Coordination des Nations Unies pour les
Affaires Humanitaires à Jérusalem a rapporté que le nombre
total de blocages routiers et autres barrières était passé
de 566 au 4 septembre 2007 à 607 au 29 avril 2008. Le
rapport indique qu’Israël a démantelé 103 obstacles, mais
en a construit 144 nouveaux.

A nouveau, il n’y a pas eu le moindre mot de condamnation
de la part des capitales d’Europe, ces mêmes capitales qui
ont boycotté le mouvement Hamas parce qu’il refuse de
reconnaître la légitimité de l’occupation israélienne de la
Palestine et le nettoyage ethnique génocidaire de sa
population indigène.

Paradoxalement, ce silence honteux arrive au milieu de
chœurs d’appels européens à revitaliser l’économie
palestinienne moribonde, principalement à cause des
restrictions israéliennes sur la mobilité et
l’accessibilité.

Tony Blair, l’ancien premier ministre britannique
incurablement malhonnête, a utilisé toutes les occasions
imaginables pour faire la promotion de sa théorie de
“l’économie d’abord” envers les Palestiniens,
principalement dans l’espoir que les incitations
économiques les allècheraient tellement qu’ils feraient des
compromis sur des questions aussi primordiales et
cardinales que le droit au retour des réfugiés et Jérusalem
Est.

Cependant, en dépit de toutes les réunions avec les
responsables israéliens et les annonces hautement
optimistes, tout ce qu’il a réussi à obtenir, c’est que
l’armée israélienne retire un ou deux barrages routiers sur
500.

Voilà l’homme qui s’est évertué à convaincre le monde que
la construction d’une économie palestinienne prospère sous
occupation israélienne néo-nazie était un choix qui valait
le coup d’être exploité.

Il va sans dire qu’une approche européenne moralement
incohérente envers le calvaire palestinien n’augure rien de
bon, ni pour l’Europe ni pour le monde au sens large.

Si l’Europe, avec les Etats-Unis, continue de permettre aux
“forces de la jungle” de déterminer la règle du jeu (les
politiques internationales), alors tous les états en
tireront leurs conclusions parce que la survie est
primordiale pour les nations comme pour les individus. Et
si la force ne respecte que la force, alors chacun devra
être fort ou risquer l’extinction, ou au moins
l’asservissement aux puissants.

Je dis ceci parce que ce que l’Amérique et l’Europe
semblent dire aux Palestiniens, c’est que tant que vous
serez faibles, vous continuerez à être tués, violés,
persécutés et affamés à mort, et vous devrez vous installer
dans une vie de sujétion perpétuelle au “peuple élu”.

Quelques états, tel l’Iran, ont déjà reçu et intériorisé le
message, et tôt ou tard, d’autres suivront.

Est-ce là le monde idéal que l’Europe veut voir ?

(end)

Leave a comment

Filed under Uncategorized

Finkelstein et moi

Par Khaled Amayreh

Cherchant à punir les critiques pour oser révéler la vérité
au monde, Israël a interdit à un professeur américain
d’entrer dans le pays, et à un journaliste palestinien de
quitter les territoires occupés pour un bref voyage en
Allemagne.

L’agence de contre-espionnage d’Israël, le Shin Bet (1),
selon son acronyme hébreu, a détenu et déporté le
Professeur Norman Finkelstein, éminent historien et
intellectuel juif américain.

Finkelstein est un critique bien connu de l’état israélien
d’apartheid, en particulier de ses 41 ans d’occupation
néo-nazie de Jérusalem Est, de la Cisjordanie et de la
Bande de Gaza.

Il est aussi l’auteur d’un ouvrage célèbre intitulé :
“L’industrie de l’holocauste – Réflexions sur
l’exploitation de la souffrance des Juifs” (2), dans lequel
il accuse Israël et les cercles sionistes alliés
d’exploiter la mémoire des victimes de l’holocauste à des
fins politiques.

Finkelstein est arrivé à l’aéroport Ben Gourion le vendredi
23 mai pour rendre visite à des amis, à Hébron, où près de
200.000 citoyens palestiniens sont de fait les otages des
caprices et de l’humeur d’une petite centaine de colons
juifs fanatiques qui croient que les non Juifs, en Israël
et en Palestine, doivent être traités comme des porteurs
d’eau et des bûcherons, ou expulsés et/ou exterminés.

Dès son arrivée à l’aéroport, le professeur, âgé de 55 ans,
a été emmenée à toute vitesse et sans cérémonie à un bureau
du Shin Bet proche, où il a été questionné sur ses prises
de position pendant plusieurs heures.

Peu de temps avant qu’il soit mis dans un avion en partance
pour Amsterdam, son point de départ, l’historien juif s’est
vu signifier qu’il ne pourrait plus revenir en Israël
pendant dix ans.

Finkelstein est le fils de survivants du ghetto de Varsovie
et des camps de concentration. Il a écrit dans son livre :
“(…) Je suis vraiment inquiet au sujet de la mémoire de la
persécution de ma famille. La campagne actuelle de
l’industrie de l’holocauste, pour extorquer de l’argent à
l’Europe au nom des victimes de l’holocauste dans le
besoin, réduit le statut moral de leur martyr à celui du
casino de Monte-Carlo (…).”

Comme on pouvait le prévoir, l’establishment sioniste
puissant, à la fois en Israël et en Amérique du Nord, n’a
pu tolérer ces critiques audacieuses et minutieusement
étayées. En 2007, il a été obligé de quitter l’Université
DePaul à la suite d’une virulente campagne de diabolisation
orchestrée par de puissantes organisations sionistes, dont
la contribution du Professeur Alan Dershowitz, supporter
inconditionnel de l’apartheid en Israël.

Et maintenant, voici mon histoire :

Il y a quelques semaines, j’ai reçu une invitation de
l’Institut allemand de Relations Extérieures pour
participer à une conférence sur le thème : “Comment les
journalistes doivent-ils concilier le patriotisme avec le
professionnalisme journalistique en temps de guerre”. Je
suis allé au bureau du représentant allemand à Ramallah, où
j’ai été interrogé sur mon orientation politique et si
j’avais ou non des liens avec des organisations que le
gouvernement considérait comme “terroristes”.

J’ai toujours été et continue d’être un journaliste
indépendant. Je n’ai jamais appartenu ni ai été membre
d’une organisation ou d’un parti politique. Evidemment,
comme tout un chacun, j’ai certaines positions au sujet de
l’occupation israélienne de mon pays et l’oppression de mon
peuple. Et alors ? Après tout, aucune honnête personne sous
le soleil ne s’attend à ce que nous aimions nos bourreaux.

J’ai fait des efforts laborieux et j’ai frappé à de
nombreuses portes pour obtenir l’autorisation qui me
permettrait d’aller à l’étranger pour 2 jours de
conférence. Cela fait 13 ans que je n’ai pas été autorisé à
voyager à l’étranger, à part un bref voyage à La Mecque et
à Médine avec feue ma mère, pour le pèlerinage du Haj, en
1997.

La semaine dernière, je suis allé au Bureau de Coordination
du District local (DCO) de Dura, ma ville, en espérant
qu’ils pourraient m’aider. L’employé a envoyé mon
curriculum vitae au bureau du Shin Bet d’Hébron. Le
lendemain, on m’a dit plutôt sèchement que j’avais “une
interdiction de voyager, pour des raisons de sécurité”.
Sans autre détail.

Dans cette affaire, j’ai découvert la douloureuse vérité, à
savoir que les responsables du DCO de l’Autorité
Palestinienne ne sont rien de plus que d’insignifiants
intermédiaires entre les autorités israéliennes
d’occupation et les citoyens palestiniens. Ils n’ont
absolument aucune autorité ou influence, ce qui résume le
statut global de l’Autorité Palestinienne toute entière
vis-à-vis d’Israël.

La semaine dernière, on m’a conseillé d’aller au quartier
général de l’Administration Civile de l’armée israélienne à
Hébron pour essayer d’obtenir un permis du service de
sécurité (“security clearance”) ou au moins expliquer mon
cas aux responsables.

Là j’ai vu des douzaines de Palestiniens demandeurs de
permis, entassés comme des animaux dans une cage, attendant
d’être autorisés à entrer. On m’a dit qu’il y a des gens
qui ont attendu leur tour pendant dix heures. Certaines des
personnes présentes avaient besoin d’un permis de voyager
pour des raisons médicales urgentes, comme subir une
opération chirurgicale dans un hôpital de Jérusalem Est.

J’ai calculé que même si je devais subir l’humiliation de
poireauter pendant 10 ou 15 heures dans cette cage
métallique en forme de couloir, constamment observé par des
soldats à la gâchette facile en haut des tours de contrôle
militaires, juste à côté, il n’y avait aucune garantie que
je puisse entrer et rencontrer un responsable de la
sécurité à qui je pourrais expliquer mon cas.

En fait, il était très clair que les soldats se délectaient
de l’humiliation et de la persécution indescriptibles
subies par les demandeurs de permis palestiniens, tous les
jours, dans ce bâtiment à la sinistre renommée.

J’ai réellement pensé que le nom de “Bureau de
l’Administration Civile” était complètement inapproprié et
que le nom réellement adéquat pour ce service détestable
était “Station Centrale d’Humiliation”, puisqu’il n’a
absolument rien de civilisé.

Il y a quelques jours, j’ai appelé Hussein Sheikh, chef du
Bureau de Coordination des Affaires Civiles pour la
Cisjordanie, et je lui ai expliqué mon problème.

Je l’ai informé que je n’avais jamais été ni arrêté ni
détenu par les Israéliens et qu’il n’y avait pas de réelle
justification à cette interdiction de voyager. Il a été
d’accord pour que je lui faxe mon curriculum vitae.
Cependant, après avoir attendu plusieurs jours, il était
clair que les autorités d’occupation n’avaient prêté aucune
attention à sa “médiation” en ma faveur.

Certains ici ont suggéré que je demande leur aide à
quelques anciens collaborateurs. Mais je sais bien
qu’aborder un chien israélien pour qu’il intercède pour moi
auprès des Israéliens, c’est trop me demander. J’ai quand
même passé la moitié de ma vie à dénoncer ces excroissances
malignes qui permettent à Israël de réaliser beaucoup de
ses projets meurtriers en Palestine…

Entraver les journalistes

Il va sans dire qu’Israël, qui classe les Palestiniens soit
comme terroristes à annihiler, soit comme collaborateurs,
n’a pas le droit de nier aux journalistes palestiniens leur
liberté de circulation, en interne ou en externe. Il est
évident que sans cette liberté, un journaliste a du mal à
faire son boulot correctement.

En tant que journalistes palestiniens, on ne peut pas
attendre de nous que nous compromettions notre honnêteté et
notre professionnalisme pour obtenir un permis de voyager
de la puissance occupante qui se nomme elle-même “le seul
Etat démocratique et libre du Moyen Orient”.

Nous ne pouvons pas adopter les récits israéliens, utiliser
le jargon israélien et répéter les mensonges israéliens.
Notre première et principale responsabilité est envers
notre conscience.

Israël et ses supporters en Amérique du Nord et en Europe
clame jusqu’à la nausée qu’il est un Etat démocratique.

Mais les états véritablement démocratiques n’assignent pas
à domicile les journalistes dont les écrits sont jugés non
conformes.

Faut-il qu’un Etat se sente désespérément précaire pour se
comporter de cette manière, car on peut se demander quels
risques sécuritaires résulteraient de l’autorisation d’un
journaliste à voyager en Allemagne, un Etat qui embrasse
Israël et le sionisme cœur et âme !

Israël est-il inquiet que des gens comme Khalid Amayreh et
Norman Finkelstein dénoncent sa criminalité plus que ce qui
a déjà été dénoncé ? Est-ce la raison pour laquelle les
autorités israéliennes essaient d’entraver la liberté de
circulation des personnes ?

Israël n’a pas le droit de violer grossièrement les droits
humains et civils au nom d’un mantra vague et utilisé de
façon abusive et gratuite, la “sécurité”.

Israël, qui a remué ciel et terre pour obtenir du
gouvernement de l’ancienne Union Soviétique qu’il permette
à Nathan Sharansky et autres soi-disant “Prisonniers de
Sion” de quitter la Russie, commet exactement le même crime
en niant à des milliers, ou probablement à des dizaines de
milliers de Palestiniens leur droit inaliénable à voyager
pour des raisons religieuses, professionnelles,
commerciales, sanitaires ou de loisirs.

Nous ne sommes pas des citoyens israéliens, et Israël n’a
aucune souveraineté sur nous. De plus, la répression
draconienne est incompatible avec la législation
internationale.

J’en appelle à tous mes collègues à travers le monde pour
protester avec force contre cette violation de mon droit
naturel et humain à voyager, d’abord en tant qu’être
humain, et ensuite en tant que journaliste.

Enfin, quelques mots à l’Autorité Palestinienne.

Vous maintenez une énorme bureaucratie de milliers de
responsables et employés dont le travail principal est
supposé être d’aider les citoyens palestiniens à
court-circuiter ou à surmonter les restrictions de
l’occupation. Il est cependant évident que ces gens ont
échoué.

Il est réellement triste et gênant que pendant qu’Israël
autorise certains VIP à voyager librement (probablement
dans le but que ce traitement préférentiel hâte les buts
israéliens pernicieux), ce régime d’occupation continue à
nier à la grande masse des Palestiniens leurs droits
fondamentaux, dont le droit à se déplacer.

Il est temps que vous exigiez qu’Israël cesse de se mêler
de la liberté de mouvement palestinienne. Si vous ne pouvez
pas le faire, prenez vos affaires et partez. Ce serait
préférable pour votre propre dignité et celle du peuple
palestinien.

(1) Shin Bet, ou Shabak, ou GSS (General Security Service)
: service de sécurité intérieure d’Israël.

(2) Ed. La Fabrique.

Leave a comment

Filed under Uncategorized

Finkelstein and Me

By Khalid Amayreh • May 26th, 2008

Seeking to punish critics for communicating the truth about
Israel to the world, Israel has barred an American scholar
from entering the country and a Palestinian journalist from
leaving the occupied territories for a brief trip to
Germany.

Israel’s chief domestic intelligence agency, the Shin Bet,
as it is known by its Hebrew acronym, has detained and
deported Professor Norman Finkelstein, a prominent American
Jewish historian and intellectual.

Finkelstein is a well-known critic of the apartheid Israeli
state, especially its 41-year-old Nazi-like occupation of
East Jerusalem, the West Bank, and the Gaza Strip.

He is also the author of a famous book entitled “The
Holocaust Industry,” in which he accused Israel and allied
Zionist circles of using the memory of Holocaust victims
for political ends.

Finkelstein arrived at the Ben Gurion Airport Friday, 23
May, for a visit to friends in the city of Hebron, where
nearly 200,000 Palestinian citizens are effectively held
hostage to the whims and moods of a few hundred fanatical
Jewish settlers who believe that non-Jews in
Israel/Palestine ought to be treated as water carriers and
wood hewers, or expelled and/or exterminated.

However, upon his arrival at the airport, the 55-year-old
professor was unceremoniously whisked away to a nearby Shin
Bet office where he was interrogated for several hours on
his views.

Shortly before he was put on a plane back to Amsterdam, his
point of departure, the Jewish historian was told that he
wouldn’t be able to visit Israel for ten years.

Finkelstein is the son of survivors of the Warsaw Ghetto
and concentration camps. He wrote in his book, “I do care
about the memory of my family’s persecution. The current
campaign of the Holocaust industry to extort money from
Europe in the name of the needy Holocaust victims has
shrunk the moral stature of their martyrdom to that of a
Montecarlo casino.”

Predictably the powerful Zionist establishment, both in
Israel and North America, couldn’t tolerate his daring and
meticulously documented criticisms. In 2007, he was forced
to leave DePaul University following a virulent
vilification campaign from powerful Zionist organizations,
including the contribution of Professor Alan Dershowitz,
the stalwart supporter of apartheid in Israel.

And now my story: A few weeks ago, I received an invitation
from the German Institute for External Relations to attend
a conference on how journalists ought to reconcile
patriotism with journalistic professionalism in wartime. I
went to the German representative office in Ramallah where
I was interviewed on my political orientation and whether I
had any association with organizations the German
government considers “terrorist.”

I have always been and continue to be an independent-minded
journalist. I never belonged to or was a member of any
political organization or party. True, like everyone else,
I do hold certain views with regard to the Israeli
occupation of my country and oppression of my people. But
so what? After all, no honest person under the sun would or
should expect us to love our tormentors. Do Jews love their
tormentors?

I have made laborious efforts and knocked on many doors to
obtain a permit that would enable me to travel abroad for
the two-day conference. Interestingly, I have not been
allowed to travel abroad for 13 years, apart from a brief
trip Mecca and Medina with my late mother for the Haj
pilgrimage in 1997.

Last week, I went to the local District Coordination Office
(DCO) in Dura, my town, hoping that they would be able to
help. The office forwarded my personal details to the Shin
Bet office in Hebron. However, the next day, I was told
rather tersely that I was “barred from traveling for
security reasons.” No further details were given.

In the process, I discovered the painful truth that the
Palestinian Authority DCO officials were no more than
insignificant middlemen between the Israeli occupation
authorities and Palestinian citizens. They had absolutely
no authority or influence, which generally epitomizes the
overall status of the entire PA vis-à-vis Israel.

Last week, I was advised to go to the Israeli army Civil
Administration Headquarters in Hebron in an effort to
obtain a security clearance or at least explain my case to
officials there.

There I saw dozens of Palestinian permit-seekers stuffed
like farm animals in a metal pen, waiting to be allowed
admittance. I was told that some people there had been
waiting their turn for ten hours. Some of the people
urgently needed a travel permit for medical purposes such
as undergoing an urgent surgical operation at an East
Jerusalem hospital.

I calculated that even if I had to experience the
humiliation of languishing for 10 or 15 hours in that
pen-like metal corridor, constantly monitored by
trigger-happy soldiers in nearby military watchtowers,
there was no guarantee that I would be allowed to get in
and meet a security official to whom I would be able to
explain my case.

In fact, it was abundantly clear that the soldiers enjoyed
the indescribable humiliation and persecution Palestinian
permit-seekers were going through on a daily basis at the
notorious facility.

I really thought that the “Civil Administration Office” was
a stark misnomer and that a truly appropriate name for the
hateful facility would be “the Central Humiliation
Station”, since there was absolutely nothing civilized
about it.

A few days ago, I called Hussein Sheikh, head of the
Civilian Affairs Coordination Office in the West Bank, and
explained my problem to him.

I informed him that I was never arrested or detained by the
Israelis and that there was no real justification for
barring me from traveling. He concurred and asked me to fax
him my details.

However, after waiting several days, it was clear that the
Israeli occupation authorities paid no attention to his
“mediation” on my behalf.

Some people here have suggested that I ask some erstwhile
collaborators for help. However, I know well that broaching
an Israeli dog to intercede with the Israelis for me was
asking me for too much. After all, I spent half of my life
exposing these malignant outgrowths that enabled Israel to
achieve many of their murderous goals in Palestine.

Fettering journalists

Needless to say, Israel, which classifies Palestinians into
either terrorists who ought to be annihilated or
quisling-like collaborators, has no right to deny
Palestinian journalists freedom of movement, internally or
externally. Indeed, without this freedom, a journalist can
hardly carry out his job properly.

As Palestinian journalists, we can’t be expected to
compromise our honesty and professionalism for the sake of
getting a travel permit from an occupying power that calls
itself the freest and only democratic state in the Middle
East.

We cannot adopt the Israeli narratives, use the Israeli
jargon and parrot the Israeli lies. Our responsibility is
first and foremost is to our conscience.

Israel and her supporters in North America and Europe claim
ad nauseam that it is a democratic state.

But truly democratic states don’t impose town-arrests on
journalists because their writings are deemed
non-conformist.

Indeed, a state that behaves this way must be hopelessly
insecure to the hilt, otherwise one is prompted to wonder
what security risks would result from allowing a journalist
to travel to Germany, a state that embraces Israel and
Zionism heart and soul?

Is Israel worried that people like Khalid Amayreh and
Norman Finkelstein would expose its criminality more than
it has already been exposed? Is this the reason why the
Israeli authorities are trying to fetter people’s freedom
of movement?

Israel has no right to grossly violate people’s human and
civil rights in the name of an amorphous and wantonly
abused mantra called “security.”

Israel, which had left no stone unturned to get the
government of the former Soviet Union to allow Nathan
Sharansky and other so-called “Prisoners of Zion” to leave
Russia, is very much committing the same crime by denying
thousands, or probably tens of thousands, of Palestinians
their inalienable right to travel abroad for religious,
professional, business, health or recreational reasons.

We are not Israeli citizens, and Israel has no sovereignty
over us. Hence, the draconian repression is incompatible
with international law.

Hence, I call on my colleagues around the world to strongly
protest this violation of my natural and human right to
travel, first as a human being and second as a journalist.

Finally, a few words to the Palestinian Authority. You are
maintaining a huge bureaucracy of thousands of officials
and operatives whose main job is supposed to be helping
Palestinian citizens bypass or overcome the stringent
restrictions of the occupation.

However, it is obvious these people have failed to carry
out their tasks.

It is really sad and embarrassing that while Israel allows
certain VIPs to travel freely (probably in the hope that
the preferential treatment would hasten pernicious Israeli
goals) the Israeli occupation regime continues to deny the
vast bulk of the Palestinian people their basic rights,
including the right to travel.

It is time that you insist that Israel refrain from
interfering with Palestinian freedom of movement. If you
can’t do it, then just pack up and leave.

This would much better for your own dignity and the dignity
of the Palestinian people.

(end)

Leave a comment

Filed under Uncategorized

Le meilleur pote du sionisme

Par Khaled Amayreh

Dans son discours devant la Knesset israélienne la semaine
dernière, le Président George W. Bush a prouvé une fois de
plus qu’il est un sioniste par excellence. La profondeur de
son embrassement du sionisme et l’ampleur de son soutien à
Israël ont même surpris ses hôtes israéliens. Un membre de
la Knesset, d’un parti d’extrême droite, remarquait en se
lamentant que si seulement les dirigeants israéliens
montraient un engagement similaire au sionisme, Israël
serait en bien meilleure forme.

On ne sait pas exactement si Bush, dont l’intelligence
est remarquablement superficielle et la rectitude morale
manifestement inadéquate, savait ce qu’il disait ou s’il
répétait simplement comme un perroquet tout ce que les gars
qui lui écrivent ses discours avaient préparé pour lui.

Nul observateur informé n’aurait parié, à entendre son
discours, que cet homme ait le désir de faire pression sur
Israël pour mettre fin à ses 40 ans d’occupation de la
Cisjordanie, de Jérusalem Est et de la Bande de Gaza, ou de
faire face à la légalité et la moralité du droit au retour
pour des millions de Palestiniens réfugiés déracinés de
leur patrie ancestrale lorsque Israël a commencé d’exister
il y a 60 ans.

Son flot d’éloges sur Israël et son mépris délibéré et
dédaigneux pour la Nakba palestinienne, qui a été
commémorée simultanément, dépeignent un homme qui est aussi
fanatique du sionisme et d’Israël qu’il est ignorant et
menteur des faits objectifs qui entourent le conflit
arabo-israélien.

Bush a souligné des points d’histoire, parlant de comment
“le peuple juif a enduré l’agonie des pogroms, la tragédie
de la Grande Guerre et l’horreur de l’holocauste”. Il a
cité Eli Wiesel, le leader américain sioniste aux airs de
petit saint qui a dit en plusieurs occasions qu’il
s’identifiait aux crimes israéliens et qu’il n’arrivait pas
à critiquer Israël.

Bush a aussi parlé de la “vigoureuse démocratie” d’Israël,
mais a ignoré le fait que le meurtre d’innocents civils
palestiniens, la destruction des maisons palestiniennes, le
vol de la terre palestinienne et la détention de milliers
d’innocents militants et intellectuels palestiniens, sans
charge ni procès, parce qu’ils s’opposent à l’occupation
militaire et à l’apartheid, étaient incompatibles avec une
véritable démocratie.

Bush a salué Israël pour son accueil “des immigrants des
quatre coins de la terre” mais a oublié ou ignoré le fait
que pour chacun des immigrants accueillis en Israël, un
Palestinien indigène a été soit tué, dépossédé de ses biens
ou banni aux mêmes quatre coins de la terre.

De plus, Bush a nié que le soutien inconditionnel de
l’Amérique à l’expansionnisme et au bellicisme israéliens
avait quoique ce soit à voir avec l’instabilité et la
tension au Moyen Orient. “Des gens suggèrent que si les
Etats-Unis rompaient leurs liens avec Israël, tous les
problèmes du Moyen Orient finiraient. C’est un argument usé
de propagande de nos ennemis, et l’Amérique le rejette avec
force. La population d’Israël n’est peut-être que d’un peu
plus de 7 millions d’habitants. Mais lorsque vous luttez
contre la terreur et le mal, vous êtes 307 millions, parce
que l’Amérique est à vos côtés.”

Le président américain a fustigé les Nations Unies, disant
que “nous considérons que c’est une honte que les Nations
Unies votent plus de résolutions pour les droits de l’homme
contre la démocratie la plus libre du Moyen Orient que
contre toute autre nation au monde”. Il n’a fait aucunement
mention des politiques d’expansion des colonies et les
violations graves et routinières des droits humains et
civils des Palestiniens – des actes illégaux qui incitent
les Nations Unies à censurer Israël.

A un moment donné, Bush a donné l’impression de parler de
quelque autre pays lorsqu’il a parlé d’Israël “forgeant une
société libre et moderne basée sur l’amour de la liberté,
la passion de la justice et le respect de la dignité
humaine”. Quiconque a vu par lui-même l’occupation
israélienne sera aussi étonné que Bush ait loué les
gouvernements israéliens successifs pour “leur travail
inlassable pour la paix, pendant qu’ils doivent se battre
vaillamment pour la liberté.”

Les Palestiniens qui commémoraient la Nakba chez eux et en
diaspora – l’holocauste palestinien – n’ont pas été surpris
par les remarques de Bush à la Knesset, elle-même bâtie sur
des terres saisies illégalement à leur propriétaire
palestinien.

“Que peut-on espérer du président d’un pays qui a exterminé
des millions de natifs américains, puis qui appelle le
génocide ‘Manifest destiny’ ?” (1), se demande un
intellectuel palestinien d’Hébron. “Que peut-on espérer
d’un président qui a envahi, occupé et détruit deux pays
souverains et tué ou causé la mort de plus d’un million de
personnes… parce que Dieu lui a demandé de le faire ?”.

Entre temps, le Hamas s’est servi du discours de Bush comme
raison de critiquer l’Autorité Palestinienne (AP) pour
“faire une confiance aveugle à l’administration sioniste
américaine, en dépit de son alliance effrontée avec
Israël”. La phrase : “Il est plus sioniste que les
sionistes” était sur le bout de la langue de tous, partout
dans les territoires occupés.

Même Mahmoud Abbas, président de l’AP soutenue par les USA,
habituellement circonspect et que les Américains ont classé
comme “modéré”, ne put cacher sa colère et son désespoir.
“Pour être franc, son discours nous a mis en colère et nous
faisons beaucoup de réserves et d’observations”, a dit
Abbas.

“Et j’ai dit à M. Bush qu’il devrait montrer un minimum de
juste milieu, d’honnêteté et même d’équidistance. Je lui ai
dit que son discours était décevant et une opportunité
manquée, parce que ‘vous auriez pu dire que le peuple
palestinien devrait obtenir sa liberté et son indépendance
pour établir la paix dans la région'”.

Bush a bien sûr cherché à se rabibocher avec Abbas
lorsqu’ils se sont rencontrés dans la station balnéaire
égyptienne de Sharm El-Sheikh, sur la Mer Rouge, à la fin
de la semaine. Bush a dit à Abbas que son administration
était toujours investie dans la résolution du conflit
palestino-israélien et dans la création d’un Etat
palestinien. De plus, Bush a dit qu’il était “absolument
déterminé” à parvenir un accord israélo-palestinien pour la
fin de l’année.

“Ca me brise le cœur de voir le grand potentiel du peuple
palestinien vraiment gâché”, a dit Bush, alors qu’il
accusait le Hamas, l’Iran et le Hizbullah de tous les maux
du Moyen Orient, de l’absence de démocratie à l’absence de
paix.

Abbas, qui s’est retrouvé dans la position souvent ingrate
d’avoir à rester fidèle aux constantes nationales
palestinienne, pour maintenir sa popularité en interne, et
en même temps d’apaiser les Américains, dont le soutien
politique et financier est crucial pour la survie de son
régime, a dû remballer sa frustration au profit de quelques
mondanités diplomatiques.

“Nous savons parfaitement que vous, personnellement, ainsi
que votre administration, sont engagés pour parvenir à un
accord de paix avant la fin de 2008”, a dit Abbas. Il a
ajouté que “nous travaillons très sérieusement et très
minutieusement, dans l’espoir que nous serons en mesure
d’atteindre cet objectif.”

Le 18 mai, à la suite d’une rencontre avec l’ancien
responsable du Meretz, Yossi Beilen, Abbas aurait averti
qu’il “démissionnerait” si un accord de paix n’était pas
signé dans six mois. Son porte-parole, Nabil Abu Rudeina, a
par la suite réfuté qu’il envisageait sérieusement de
démissionner. Toutefois, selon un ancien ministre, Ghassan
Khatib, “il ne reste [à Abbas] que peu de choix, de toutes
façons”. “La fin de son mandat de président de l’Autorité
Palestinienne expire à la fin de cette année, et on peut
douter qu’il se présente à un nouveau mandat en l’absence
d’un accord de paix authentique et acceptable avec Israël”,
a dit Khatib.

Khatib a ajouté que l’organisation de nouvelles élections
nécessiterait deux pré-requis : la réconciliation
inter-palestinienne et un accord de paix avec Israël.
Inutile de dire que ni l’un ni l’autre ne sont imminents,
ce qui laisse peu de place à l’optimisme.

(1) “Manifest destiny” : au 19ème siècle, idée selon
laquelle l’établissement des colons en Amérique du Nord
relevait de la volonté divine (ndt).

Leave a comment

Filed under Uncategorized

Palestine : Un témoignage : la Nakba et l’occupation

Mardi 18 mars 2008

Khalid Amayreh est un journaliste indépendant palestinien
formé aux USA. Il vit avec sa famille dans la ville
palestinienne occupée de Dura, en Cisjordanie. Voici un
récit autobiographique.

Mon expérience personnelle de l’occupation israélienne
J’avais 9 ans quand Israël a occupé la Cisjordanie en 1967.
Ce qui signifie que j’ai « vécu » ces 34 dernières années
sous « l’ère israélienne » ou, plus précisément, sous la
déshumanisante occupation militaire israélienne.

Trois ans avant ma naissance, trois de mes oncles
paternels, Hussein, 27 ans, Mahmoud, 25 ans et Yosef, 23
ans, avaient été tués par des soldats Israéliens. C’étaient
de simples bergers qui faisaient paître leurs troupeaux aux
environs d’Al-Burj, un village près de ce qu’on appelait la
ligne d’armistice, à 20 km au sud-ouest de la ville
d’Hébron en Cisjordanie. Outre mes trois oncles, trois
autres proches, dont une femme, avaient été tués.

En fait, les Israéliens n’ont pas fait que tuer trois
membres de ma famille, mais ont aussi confisqué les trois
cents moutons qui assuraient en grande partie la
subsistance de ma famille. Cette calamité nous a condamnés
à une vie de pauvreté et de misère dans les années qui ont
suivi. Ma famille a ainsi dû vivre dans une cave pendant 22
ans. La détresse, la souffrance, une pauvreté innommable se
manifestaient dans tous les aspects de notre vie. Mes trois
oncles tués en un seul jour et nos 300 moutons saisis par
le gouvernement israélien s’ajoutaient à d’autres pertes
subies six ans auparavant. En 1948, nous avions perdu nos
terres à al-Zaak, notre maison à Um Hartain, en un mot tout

A l’époque de la domination jordanienne, les autorités se
préoccupaient surtout de la loyauté envers le roi et sa
famille. Avoir des relations avec le roi et ses services
secrets était le signe que vous étiez « arrivé ». Crier «
Longue vie au roi » vous octroyait automatiquement un
certificat de bonne conduite. C’était, à n’en pas douter,
un régime corrompu basé sur l’hypocrisie, le favoritisme,
le népotisme, les pots de vin et la corruption. Le roi
était la loi et la loi n’existait pas.

Le régime jordanien n’a jamais fait d’efforts sérieux pour
se préparer à repousser une éventuelle agression
israélienne. La première priorité du régime jordanien
semblait être de s’assurer que les Palestiniens n’étaient
pas en possession d’armes à feu. Un Palestinien pouvait
écoper de six mois de prison s’il était trouvé en
possession d’une balle de fusil.

Comme les Israéliens plus tard, les Jordaniens enrôlaient
les clans de notables pour les informer de chaque fait et
geste de l’opposition ou de l’insatisfaction envers la
monarchie dans leurs secteurs respectifs. Cette
organisation à la fois policière et clientéliste n’a fait
qu’encourager la corruption.

Les Palestiniens indépendants d’esprit qui insistaient pour
exprimer leur pensée étaient jetés dans la fameuse prison
d’El-Jafer dans l’est de la Jordanie où ils étaient souvent
torturés jusqu’à la mort, Je connais au moins une personne
de Dura, ma ville, qui est morte sous la torture pour ses
idées politiques.

Nous supportions donc deux fardeaux, le despotisme et la
répression du régime jordanien et les fréquentes attaques
israéliennes à la frontière. Je ne peux pas oublier les
Mirages israéliens au-dessus de ma tête en 1966, larguant
leurs bombes au napalm sur les civils du village
d’El-Sammou.

En 1967 j’avais dix ans. Je me souviens qu’on nous a dit de
brandir les drapeaux blancs quand l’armée israélienne a
encerclé notre village, Kharsa, à l’ouest d’Hébron. On nous
a dit qu’ils nous tireraient dessus et nous tueraient si
nous brandissions pas les drapeaux blancs. Les soldats
jordaniens se sont enfuis piteusement vers l’est, certains
se déguisant en femmes.

Au début, les Israéliens avaient lancé ce qu’on pourrait
appeler une campagne de charme. Certaines personnes
commençaient à faire de manière prématurée des réflexions
positives au sujet des Israéliens comme « Oh, ils sont
mieux que les Jordaniens, ils sont civilisés ! » Mais ce
sentiment n’a pas duré longtemps, étant donné que l’armée
d’occupation a adopté des mesures rigoureuses à notre
encontre,

Assez rapidement, les Israéliens ont commencé à confisquer
les terres et à bâtir des colonies. Ils détruisaient aussi
des maisons en représailles aux attaques de guérilla. Dans
notre culture, si vous voulez faire comprendre tout le mal
que vous pensez de quelqu’un, vous dites : « Yikhrib Beitak
» : puisse ta maison être détruite.

Les Israéliens cherchèrent à profiter à fond de ce point
faible de notre psychologie. Ils démolirent des milliers de
maisons. Les démolitions n’ont jamais cessé. Les
démolitions ont laissé des blessures psychologiques
profondes dans le coeur et la mémoire des gens. Des enfants
rentraient de l’école juste pour voir leurs maisons
détruites par des bulldozeurs conduits par des soldats
portant des casques frappés de l’étoile de David. Cette
étoile de David dont on nous dit qu’elle est un symbole
religieux, symbolisait la haine et le mal, Aujourd’hui
encore, je suis incapable d’imaginer plus fort symbole de
haine.

Les enfants dont les maisons étaient démolies souffraient,
entre autres troubles, de phobies, d’états de stress, de
névrose et de dépression.

A l’âge de 11 ans, j’ai personnellement été témoin de
plusieurs démolitions. L’opération était précédée par mise
sous statut de zone militaire interdite du village où se
trouvait la maison condamnée.

Alors, on ordonnait à tous les hommes âgés de 14 à 70 ans
de se rassembler têtes baissées dans la cour de l’école du
village, Très souvent, les soldats tiraient au-dessus de le
tête des gens pour les terroriser. Jamais de politesse et,
à cette époque, il n’y avait ni CNN ni Al Jazeera pour
rapporter ces actions honteuses ; ils se sentaient donc
libres d’agir à leur aise.

Puis l’officier chargé de l’opération donnait une
demi-heure à la famille accusée pour évacuer ses biens (de
nos jours il n’accorde même pas cinq minutes).

Le spectacle d’enfants qui en réconfortent d’autres plus
jeunes est quelque chose d’accablant. Les mères de famille
désespérées se hâtaient pour récupérer leurs ustensiles de
cuisines et leurs quelques appareils ménagers avant qu’ils
ne soient ensevelis, Un enfant se dépêchait pour sauver son
jouet préféré ou un portrait de son grand-père décédé avant
qu’il ne soit trop tard. Puis l’officier ordonnait au
bulldozeur d’avancer et la maison n’était plus que
décombres.

Ensuite, la Croix Rouge apportait une tente en guise d’abri
provisoire ou encore la famille suppliciée installait
simplement une clôture pour dormir à la belle étoile. Ce
sont des images indélébiles du malheur, un témoignage
hideux de la sauvagerie israélienne de type nazi.

Issu d’une famille très pauvre, j’ai commencé à travailler
à 14 ans dans le bâtiment à Beersheva puis comme
aide-plâtrier. J’ai pu apprendre l’hébreu et l’arabe
dialectal marocain parlé par de nombreux Juifs venus
d’Afrique du Nord. Comme les Palestiniens, la plupart des
Juifs Marocains travaillaient dans le secteur du bâtiment.
Certains étaient aussi cantonniers.

Parfois, les gens qui m’employaient ne me donnaient pas mon
salaire. J’ai travaillé pour des entreprises de
construction connues comme Rasco, Solel Bonei, Hevrat
Ovdeim. J’ai encore mon ancienne carte de travail
israélienne. Nous étions constamment humiliés aux points de
contrôle israéliens et aux barrages au carrefour d’A’rad
sur la route de Beersheva. Un officier juif pouvait frapper
sauvagement l’un d’entre nous sans aucun motif. J’ai eu
beaucoup d’amis juifs à l’époque, mais la barrière
psychologique restait intacte. Je m’étais lié avec des
Juifs marocains et tunisiens à A’rad, Beersheva et Dimona.

A Dura, en 1974, j’ai participé à une manifestation contre
l’occupation (j’étais alors lycéen). Après m’avoir bloqué
dans une ruelle de cette petite ville, les soldats me
frappèrent sauvagement à la tête avec la crosse de leurs
fusils. J’étais à demi-mort. Je les ai haïs car à aucun
moment je n’avais représenté une menace pour leurs vies. Il
ne montrèrent aucune humanité. Or, je ne faisais que crier
« Palestine arabe ».

En 1975, après mon baccalauréat, je suis retourné
travailler dans le bâtiment à Beersheva. Ma famille était
trop pauvre pour m’envoyer à l’université. Pendant quelques
temps, le chantier à Beersheva a été mon université. J’y ai
travaillé pour un patron nommé Shimon, un Juif tunisien.
C’était un travail pénible, mais j’ai pu épargner assez
d’argent pour aller à Amman où j’ai pu obtenir un visa
d’études pour les USA.

En juillet 1976 je suis parti pour les USA avec seulement
200$ en poche. Là bas, j’ai suvi les cours du Seminole and
Oscar Rose College en Oklahoma puis de l’université
d’Oklahoma à Norman où j’ai obtenu une licence en
journalisme. En 1982 j’ai obtenu un Master à l’université
de Southern Illinois à Carbondale. Mon projet initial était
de devenir ingénieur, mais en voyant comment les sionistes
travestissaient la réalité, faisant passer un énorme
mensonge pour une « vérité » magnifiée par des millions de
gens, j’ai décidé de me tourner vers le journalisme.

J’ai commencé à écrire des lettres aux rédactions des
journaux, lettres qui sucitaient des réponses enragées des
étudiants sionistes. Les sionistes passaient ensuite à la
menace et à d’autres procédés d’intimidation.En tant que
rescapé de l’enfer, de la pauvreté et de la violence, je me
fichais complètement de leurs menaces. J’ai continué à leur
donner la migraine jusqu’à mon tout dernier jour passé aux
USA.

J’ai été très impliqué dans le mouvement étudiant aux USA.
J’étais très ambivalent au sujet de ce pays. D’un côté
j’étais impressionné par la démocratie et la liberté
d’expression, d’un autre côté j’étais déçu par le soutien
indécent apporté par les USA aux pratiques israéliennes
d’oppression. Cette ambivalence est toujours présente sauf
que je suis encore plus déçu et indigné.

Mes lettres au rédacteur en chef ont été publiés dans des
journaux comme « The Oklahoma Daily » et le « Daily
Egyptians » sous le nom de Khalid Suleiman. A l’occasion,
je signais sous d’autres noms pour égarer les sionistes.

En 1983, je suis rentré en Cisjordanie.

Il m’est pourtant arrivé quelque chose au cours de mon
voyage de retour à Hébron. Alors que je quittais Istambul
pour Le Caire, je pensais pouvoir me rendre directement à
l’aéroport Ben Gourion (sans avoir à passer d’abord par
Amman comme d’habitude). Le responsable d’El Al à
l’aéroport du Caire m’avait assuré que tout irait bien et
que je pourrais aller à Hébron tranquillement. Ce ne fut
pas le cas.

Après l’atterrissage à l’aéroport Ben Gourion, j’ai été
immédiatement arrêté. Le Shin Beth m’a interrogé cinq
heures durant au sujet de mes études aux USA, de mes amis,
des associations dont j’étais membre etc. On m’a alors
informé que le ministre de l’Intérieur de l’époque, Yosef
Burg, (père d’Abraham Burg, l’actuel président de la
Knesset) avait donné l’ordre de m’interdire l’entrée dans
le pays (mon pays). L’ordre précisait que je devais être
renvoyé en Egypte dans les 24 heures.

Pour corser le tout, la police m’a confisqué mes papiers,
dont mon « autorisation de voyage », ce document essentiel,
établi par les autorités militaires israéliennes et qui
avait été renouvelé par le consulat israélien à Dallas.
Sans ce permis, il m’était impossible de retourner à
Hébron. Burg voulait-il me bannir définitivement de mon
pays comme c’est le déjà le cas de millions de Palestiniens
?

Il était environ 7h du matin et les soldats m’ont emmené
dans les anciens baraquements britanniques où ils m’ont
ordonné de rester jusqu’au lendemain matin. Trois soldates
étaient restées près de moi faisant toutes sortes de
plaisanteries à mon sujet. Elles ignoraient apparemment que
je comprenais l’hébreu. On m’a donné une orange que je n’ai
pas mangée.

Le lendemain matin, des agents de l’aéroport m’ont placé de
force dans un avion d’Air Sinaï et deux heures plus tard,
je me retrouvais au Caire.

Là bas, comme un pirate de l’air professionnel, je me suis
introduit dans le point d’embarquement de la Jordanian
Royal Airways après avoir persuadé un employé palestinien
de me laisser entrer. Pendant le trajet Le Caire-Amman,
j’ai été submergé par l’anxiété. Les autorités israéliennes
avaient visé mon passeport jordanien à l’aéroport Ben
Gourion, ce qui signifiait que si les Jordaniens
découvraient que j’avais été à Tel Aviv, ils me jetteraient
probablement en prison pour « contacts avec l’ennemi ».

Par chance, la police de l’air et des frontières de
l’aéroport international d’Amman était trop occupée pour
prendre le temps d’examiner les tampons sur mon passeport.
Un bon point pour moi. A ce moment s’est posé le problème
de mon autorisation de voyage confisquée. Il me fallait
agir avec ruse ou bien devenir un réfugié pour le restant
de ma vie.

Je me suis donc rendu au siège de la Croix Rouge à Amman où
j’ai dit avoir perdu mon autorisation de voyage israélienne
à New-York (un sacré mensonge). La Croix Rouge m’a délivré
un document réservé aux VIP à la place de celui que les
Israéliens m’avaient confisqué. Je suis alors parti en
direction du pont Allenby. Sur place, par chance, j’ai été
accueilli de façon assez respectueuse, les Israéliens étant
apparemment dans l’ignorance de ce qui m’était arrivé 48
heures plus tôt à l’aéroport Ben Gourion.

En 1984, j’ai entamé ma carrière journalistique. Petit à
petit, les Israéliens en ont eu assez de mes idées et de
mes articles. Alors la Shabak (services de renseignements)
s’est mise à me convoquer une fois par mois en moyenne. Ils
me demandaient de devenir un collaborateur. Je leur
répondais « pensez-vous que quelqu’un comme moi accepterait
de devenir un collaborateur ? »

L’attitude de la Shabak (le Shin Beth) m’a convaicu que
l’Etat israélien classait les Palestiniens en deux
catégories, les collaborateurs et les terroristes, sans
rien entre les deux.

L’endroit où se déroulait l’interrogatoire était rempli de
Palestiniens soumis à la torture. J’entendais des gens
crier. Je connais au moins six personnes mortes sous la
torture en l’espace d’une année. L’une d’entre elles, Abdul
Samad Herezat était un de mes amis. Il est mort suite à
l’utilisation de la technique du « shaking » (« secouage
»).

Les Israéliens recouraient à toutes sortes de méthodes de
torture sur les détenus palestiniens comme la cagoule, les
passages à tabac, les électrochocs, la privation de
sommeil, l’étouffement et d’autres formes de pression
physique et psychologique. Les médecins Israéliens aidaient
dans l’administration de la torture. Parfois ils amenaient
l’épouse ou la soeur d’un détenu et menaçaient de la violer
devant lui. Ils ne la violaient pas, mais menaçaient de le
faire pour obtenir les aveux du prisonnier.

Pendant la première intifada (1987-93), l’armée israélienne
recourait à des pratiques vraiment ignobles de punitions
collectives contre des populations entières. Elle assignait
les gens à domicile pendant 30 jours consécutifs et, si
quelqu’un se hasardait à sortir de chez lui, ils le
tuaient.

C’était comme une hibernation et beaucoup de malades dans
l’impossibilité de sortir se faire soigner ont succombé à
leur maladie. A Hébron, le couvre-feu a duré 3 mois après
le massacre de la mosquée d’Ibrahim (le Caveau des
Patriarches) (en 1994 ’l’officier israélo-US Baruch
Goldstein assassina 29 fidèles musulmans en prière avant
d’être tué par les survivants du massacre NdT) . C’était
comme passer 90 jours en enfer.

Je me souviens qu’en mars 1994, Ezer Weisman, le président
israélien, était venu à Hébron pour présenter ses
condoléances aux Palestiniens. Mon rédacteur en chef
m’avait demandé de couvrir cette visite, travail pour
lequel je devais demander au camp militaire Adoyarem une
autorisation de voyage pour pouvoir parcourir les 10
kilomètres jusqu’à Hébron. J’ai été stupéfait quand
l’officier commandant m’a déclaré « désolé, vous ne pouvez
pas y aller. »

J’avais répliqué « mais de nombreux journalistes sont
là-bas » Il me répondit alors, « Oui, ce sont des
journalistes juifs et vous n’êtes pas un Juif. »

Un peu plus tôt, l’officier de la Shabak avait fermé mon
bureau d’Al-Qods Press du centre d’Hébron et interdit à
tous les journaux arabophones de Cisjordanie de publier mes
reportages. D’ailleurs, mon télécopieur avait été saisi et
on m’avait interdit d’avoir une ligne téléphonique.
Imaginez que je n’ai pu disposer du téléphone qu’en 1995,
après l’installation de l’Autorité palestinienne.

Actuellement, je suis confiné dans ma ville de Dura, près
d’Hébron. Je ne peux pas en sortir, je ne peux pas me
rendre à l’étranger et je ne peux même pas aller dans le
village voisin. Le Shin Beth israélien contrôle toujours
nos existences. Aujourd’hui, le capitaine Eitan, officier
du Shin Beth, m’a contacté et m’a questionné sur les
récentes mesures de l’Autorité palestinienne contre le
Hamas. Son message était : « Nous avons l’oeil sur vous. »

En bref, l’occupation israélienne c’est l’enfer, le
supplice, l’asservissement permanents et la
déshumanisation. Je me sens frustré car je suis incapable
de vous communiquer une vision complète de ce calvaire
permanent. C’est au delà des mots.

(end)

1 Comment

Filed under Uncategorized