Israël, un cancer sur la conscience juive

Gaza – 26-01-2008

Par Khaled Amayreh

Même si le mur est tombé à Gaza, il est impératif que les
Palestiniens et leurs défenseurs, les millions d’hommes et de femmes
libres partout dans le monde, dont de nombreux Juifs conscients pour
qui la liberté et la justice ont une valeur, ne sous-estiment pas les
intentions et projets maléfiques de l’entité sioniste.

Dans ses efforts enragés pour imposer le socialisme aux fermiers
ukrainiens indépendants (les Koulaks), le dictateur soviétique Joseph
Staline avait ordonné à son Armée Rouge de couper complètement
l’Ukraine du reste du monde. Toutes les routes furent bouclées,
toutes les frontières fermées. Rien ne fut autorisé à entrer ou
sortir du pays. Les fermiers furent fouillés et leur nourriture et
leur fuel pillés.

Alors, rapidement, les Ukrainiens ont commencé à mourir de faim, de
froid et de maladie en grand nombre.

Le génocide a atteint son sommet lors de l’hiver 1932-1933 lorsque le
compagnon juif de Staline, le meurtrier de masse notoire Lazare
Kaganovitch, a été envoyé en Ukraine pour accélérer le processus
d’extermination de millions de fermiers, d’employés et
d’intellectuels.

A l’époque, les Ukrainiens, confrontés à l’une des famines les plus
dures organisées par l’homme dans l’histoire, furent obligés de
manger leurs chiens, leurs bottes et leurs ceintures, et aussi
l’écorce des arbres et les racines. Selon certaines sources, des
parents auraient même mangé leurs nouveaux-nés.

Il est vrai que la situation à Gaza n’est pas identique à la grande
famine ukrainienne. Cependant, il est aussi vrai que le cauchemar
actuel de Gaza s’exacerbe de façon menaçante d’heure en heure, et si
le monde n’arrête pas le plus vite possible la direction israélienne
à l’inspiration nazi, Gaza deviendra à coup sûr une version
actualisée du génocide ukrainien.

Nous ne devons pas prendre ce risque. Ehud Barak et Ehud Olmert,
comme le reste de la classe dirigeante en Israël, sont plus ou moins
en train d’essayer d’imiter Kaganovitch et Genrich Grigorivic Yagoda,
autre tueur de masse juif soviétique, qui ont peut-être tué ou causé
la mort de plus de gens qu’Hitler ne l’a jamais fait.

Mais contrairement à Kaganovitch et à Yagoda, qui n’ont pas cherché à
cacher leurs campagnes génocidaires, Olmert ment comme un arracheur
de dents sur les desseins génocidaires d’Israël contre les 1,5
million habitants bloqués à Gaza. Olmert déclarant qu’Israël
n’autoriserait pas une crise humaine à Gaza est aussi crédible qu’une
vieille putain qui prétendrait que sa chasteté est intacte.

Il ne fait aucun doute qu’Israël exécute un génocide lent à Gaza.
L’Etat choquant de dégradation et de misère submergeant l’enclave
torturée, qui est devenu le camp de concentration à ciel ouvert le
plus grand du monde, le prouve.

Selon Karen Abu Zayd, commissaire général pour L’Office de secours et
de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le
Proche-Orient (UNRWA), déclare que la fermeture de Gaza par Israël
est sans précédent.

“Les Palestiniens sont réellement incarcérés. Une écrasante majorité
d’entre eux ne peuvent ni sortir ni entrer à Gaza. Sans fuel et sans
pièces détachées, les conditions de santé publique déclinent à grande
vitesse alors que les services de l’eau et sanitaires se battent pour
fonctionner. La fourniture d’électricité est sporadique et a été
réduite en même temps que la fourniture de fuel au cours de ces jours
derniers.

L’UNICEF rapporte que le fonctionnement partiel de la principale
station de pompage de Gaza ville assure la fourniture pour 600.000
personnes. Les médicaments sont pratiquement en rupture de stocks et
les hôpitaux sont paralysés par les coupures d’électricité et la
pénurie de fuel pour les générateurs. L’infrastructure hospitalière
et le nombre des pièces essentielles de l’équipement, très bas, est
extrêmement alarmant, avec des possibilités limitées de réparation ou
de maintenance, puisqu’il n’y a plus de pièces détachées. Le ciment
est en si petite quantité que les gens ne peuvent plus construire les
tombes pour leurs morts. Les hôpitaux n’ont plus de draps ni de
linceuls.”

Abu Zayd est un être humain formidable et elle mérite tous les éloges
pour ses efforts héroïques à mobiliser la communauté internationale
pour arrêter la catastrophe à Gaza avant qu’elle n’explose à la face
du monde de manière irréversible.

Il est cependant très clair que sa description mesurée du cauchemar
de Gaza est une énorme minimisation de la réalité, parce que Gaza est
en train de mourir du blocus génocidaire prolongé qu’imposent les
enfants, les petits-enfants et les arrière petits-enfants de
l’holocauste à ces Palestiniens impuissants et torturés à mort.

Le mercredi 23 janvier, des dizaines de milliers de Gazaouis parqués
et affamés se sont déversés en Egypte après que des hommes armés
aient fait sauter le mur construit par Israël et qui sépare les
moitiés égyptienne et palestinienne de Rafah. Une chaîne TV a décrit
le déferlement humain à Rafah comme “l’évasion de la plus grande
prison du monde”.

Les scènes d’hommes, de femmes et d’enfants passant par les brèches à
pied, en voiture ou en charrettes à ânes pour acheter de la
nourriture et autres biens de première nécessité suggère que Gaza est
réellement en train d’être confrontée à une situation extrêmement
difficile, au bord d’une tentative de génocide.

L’indignation froide devait s’exprimer. La poudrière devait sauter.
Seuls des imbéciles comme George Bush ont été surpris de la tournure
des événements.

C’est ce qui arrive lorsque vous parquez un million et demi d’êtres
humains, dans une prison surpeuplée, sans nourriture, sans fuel, sans
électricité et sans espoir, pendant que vous dites à un monde
moralement désensibilisé “Je ne permettrai pas une crise humaine à
Gaza.”

Même si le mur est tombé à Gaza, il est impératif que les
Palestiniens et leurs défenseurs, les millions d’hommes et de femmes
libres partout dans le monde, dont de nombreux Juifs conscients pour
qui la liberté et la justice ont une valeur, ne sous-estiment pas les
intentions et projets maléfiques de l’entité sioniste. Israël, un
Etat vil dirigé par des hommes politiques vils qui n’ont aucun
respect pour la morale et l’humanité. Cet Etat ne va pas rester assis
à regarder les Palestiniens profiter d’un rare moment de triomphe,
aussi petit et coûteux soit-il.

Barak et Olmert sont simplement trop néfastes et trop sataniques pour
permettre qu’un sourire apparaisse sur les visages innocents des
enfants de Gaza.

C’est pourquoi il est très vraisemblable que Barak, qui possède la
malfaisance d’Adolph Hitler et l’insensibilité de Joseph Staline,
essaiera de perpétrer un nouveau massacre ou une avalanche
d’assassinats pour “équilibrer la balance”.

Bien entendu, Israël a déjà dit qu’il renforcerait le blocus de Gaza
et il fait pression sur le gouvernement égyptien pour qu’il l’aide à
torturer et à affamer davantage les Gazaouis impuissants.

Israël veut tout simplement s’assurer que les Palestiniens souffrent
et meurent le plus tranquillement possible, pour ne pas provoquer la
conscience morale du monde. Israël pense, probablement à juste
raison, qu’un génocide tranquille est un génocide sans larme qui
tombera finalement dans l’oubli et permettra aux bourreaux de s’en
sortir avec un minimum de remise en cause.

Mais non, nous ne devons jamais nous autoriser à souffrir
tranquillement ni bien sûr à mourir tranquillement. Nous devons
remuer ciel et terre jusqu’à ce que nous mobilisions la conscience du
monde contre cet Etat maudit qui clame être Juif mais pense, se
comporte et agit comme la Gestapo, les SS et la Wehrmacht.

Nous devons mobiliser tous les hommes et les femmes libres aux quatre
coins du monde, pour empêcher Israël de transformer Gaza en un autre
Auschwitz, un autre Treblinka, un autre Bergen Belsen ou un autre
Theresienstadt. Nous devons enfreindre toutes les lignes rouges si
nécessaire, pour empêcher qu’un possible holocauste n’arrive à Gaza.

Les hommes et les femmes héroïques qui ont fait exploser le mur de la
honte à Rafah méritent toute notre admiration. Nous les saluons pour
leur geste sublime de défi en face de la force brute et de
l’insensibilité morale. Nous les saluons pour s’être échappé en face
des calculs politiques froids. Puissent-ils vivre pour voir les
drapeaux de la liberté flotter sur Jérusalem Occupée.

Finalement, il est important que nous, les gens du monde qui refusent
d’être asservis par le Nouvel Ordre Mondial, comprennent que la
bataille de Gaza est la bataille de chacun. C’est la bataille pour
l’âme de l’humanité, c’est la bataille pour la conscience morale du
monde. C’est la bataille pour la lumière contre l’obscurité, la
justice contre l’oppression et la vérité contre le mensonge.

C’est la bataille que nous ne pouvons pas nous permettre de perdre.

Advertisements

Leave a comment

Filed under Uncategorized

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s